De la prison à l'éveil de Satyam Nadeen

Publié le par Laurent Caigneaux

Source blog Eveil impersonnel, Patrice Gros : link

De la prison à l'éveil


Satyam Nadeen


« Il n'y a ni création ni dissolution. Il n'y a ni sentier ni but. Il n'y a ni libre arbitre ni prédestination. »

« La Source est soit non manifestée au repos, soit manifestée dans les apparences. Quand la Source est dans les apparences, c'est sous la forme d'un rêve. »

« Vous êtes la Source infinie en train de se distraire, détendez-vous ! »

« Il n'y a que la Source s'amusant elle-même. »

« Qui aurait jamais cru que le mystère entourant "atteindre son bonheur" consiste dans le simple fait d'embrasser, instant après instant, ici et maintenant, ce qui est, tel que c'est… Tout est parfait tel quel, et exactement tel que ça devrait être ! »


Condamné à sept ans et demi de prison aux Etats-Unis, Satyam Nadeen passe les deux premières années de sa réclusion dans un quartier de haute sécurité. C'est là, dans les pires conditions de vie, au milieu de la violence quotidienne, qu'il a soudain la conscience, vaste et lumineuse, de ce qu'est la vraie réalité.


Dans un style drôle et incisif, l'auteur nous raconte comment il est passé de la vision étriquée de Monsieur Tout-le-monde, avec ses préjugés, à la vision transcendante qui permet de voir les choses telles qu'elles sont dans leur clarté essentielle. Il explore au passage les thèmes communs à toute recherche spirituelle, quelle que soit la tradition où elle s'inscrit : le libre arbitre, la prière, l'amour, la compassion, le rôle de l'instructeur... Il sait se montrer tendre, mais aussi impitoyable, avec les idées reçues qui ont fait l'âge d'or du New Age. Satyam Nadeen enseigne actuellement aux USA.


Cet homme a possédé tout ce qu'on peut désirer d'amour, de gloire et de richesses dont... le sommet d'une montagne haute de 1 600 m au Costa Rica, où il imaginait se rapprocher de l'Esprit : car cet homme, taraudé par un manque essentiel, est, depuis son plus jeune âge, en recherche.

Au bout de quarante années de quête et alors qu'il avait tout essayé en matière de disciplines spirituelles et psychothérapeutiques, et de "divertissements " du type sexe, drogue et rock'n'roll, Satyam Nadeen se trouve incarcéré dans une prison de haute sécurité en Californie. C'est là, dans la plus sévère limitation physique et psychologique, qu'il s'éveille enfin.


Par sa parole légère et lumineuse, souvent drôle et insolente, Satyam Nadeen nous emmène au fil de ses compréhensions, de ses intuitions, de sa paix et de sa joie. Pour autant que le chercheur de vérité s'y abandonne, ce récit pourrait bien semer en lui " une graine de liberté qui ne manquera pas d'éclore bientôt en une nouvelle vision des choses ". Celle de la compréhension du coeur.


"Alors que le processus même de l’éveil donne le sentiment d’être soudain et bouleversant, les événements qui y conduisent sont probablement beaucoup plus progressifs. Parfois des événements tragiques comme une maladie aux conséquences graves, la perte de mobilité, la perte d’une carrière, d’un être cher, ou des revers financiers, etc., contribuent à affaiblir la dure carapace externe de toutes nos couches d’identité, afin que la connaissance intérieure de qui nous sommes véritablement puisse émerger.


Dans les expériences d’éveil, d’autres chercheurs qui ont décrit la manière dont cela s’est produit pour eux, j’ai retrouvé certains dénominateurs communs.

D’abord, une expérience semblable à la mort, impliquant la perte de l’ego ou de l’identité personnelle.
Ensuite, un abandon de la tentative de comprendre tout le processus, ou quoi que ce soit se rapportant à Dieu ou au domaine spirituel.

Enfin, il y a un abandon de tout effort délibéré vers l’éveil.
Au début cela s’accompagne de vagues de félicité qui s’apaisent ensuite en un sentiment de paix profonde.

J’avais toujours cru, en vertu de mon conditionnement à couches multiples, qu’une fois que vous étiez « éveillé », c’était fondamentalement la fin de tout le processus. Mais l’expérience m’a rapidement appris que c’était simplement un début, que « l’éveil » n’était que le premier stade du processus de la « délivrance ».
Une fois atteint par le plein impact de : « conscience est tout ce qui est » et : « je ne suis pas l’auteur de mes actes », vous réalisez qui vous êtes réellement et qui vous n’êtes pas. De cette profonde réalisation jaillissent les ramifications de cette nouvelle « vision de Perle » qui imprégnera les moindres détails de votre vie quotidienne."


Extrait de "De la prison à l'éveil", de Satyam Nadeen, paru aux éditions du Relié.

Publié dans Inspirations

Commenter cet article