L'acceptation profonde de la Vie...et dire "Non" ! selon Jeff Foster

Publié le par Laurent Caigneaux

 

 

L'ACCEPTATION PROFONDE DE LA VIE... ET DIRE "NON"!

 

 

 

http://blog.hortik.com/wp-content/uploads/2012/12/MART05_424-arbre-voyageur-1280x1024.jpg


Je voudrais parler de quelque chose qui semble largement incompris au sein de la communauté "spirituelle".

Si nous nous acceptons profondément tels que nous sommes, et que nous acceptons profondément les situations exactement comme elles se présentent, et que nous acceptons profondément les autres tels qu'ils sont, cela signifie-t-il que nous devons toujours dire "oui" à tout et tout le monde, même si le "oui" mène à davantage de violence ? Cela signigifie-t-il que nous devenons passifs, et laissons les autres "nous marcher dessus", comme on dit ? Si "tout est ok", cela signifie-t-il que nous perdons notre capacité de discernement ?

Bien sûr que non. L'acceptation profonde est tellement vaste qu'elle embrasse à la fois le "oui" et le "non" de la vie.

Par exemple, si quelqu'un vous bat chaque soir, est-il intelligent, généreux, sage, ou éveillé dans n'importe quel sens de ces mots de continuer à l'autoriser, d'y dire "oui", explicitement ou implicitement, alors que vous sentez au plus profond de vous qu'il s'agit d'un "non" - quelle que soit la profondeur de votre amour envers cette personne ?

Dire "non" à la violence, aux abus, ou à quoi que ce soit qui sonne faux en vous, n'est pas la même chose que dire "non" à la vie elle-même. Dire "non" n'est pas forcément une résistance à la vie. Il est tellement, tellement important de réaliser cela.

Combien de fois disons-nous "oui", alors que nous sentons un "non", et vice versa? Si nous voulons vraiment dire "non", si "non" est notre vérité profonde, alors dire "oui" est un mensonge dans l'instant, car cela déshonore la vérité vivante de l'existence, de la vie se mouvant en vous, à travers vous, en tant que vous. Ce pauvre petit "non" a seulement besoin d'un peu d'attention bienveillante...

Souvent nous disons "oui" car nous essayons de maintenir une certaine image de nous-mêmes. Nous voulons être vu comme le gentil, le compassioné, celui qui dit toujours oui, le positif, l'éveillé, ou peut-être comme celui acceptant tout quoi qu'il arrive. Nous ne voulons pas être vu comme le "négatif", ou le rabat-joie. Quel fardeau d'avoir à prétendre être tout cela ! Cet enseignement ne consiste pas à créer de nouvelles images de vous-même. Il s'agit de relâcher toutes les images.

Si un insecte mortel entreprend de manger votre peau, est-il acceptable de prendre des mesures pour retirer l'insecte ? Vous ne dites pas "non" à la vie telle qu'elle est. Vous n'êtes pas en guerre contre l'insecte. Vous ne ressentez pas de haine. Il ne s'agit pas de votre ennemi mortel. C'est la vie elle-même, comme vous l'êtes. Vu de cette façon, vu à travers les yeux universels, même en retirant l'insecte, vous affirmez la vie, vous n'y résistez pas. Vous affirmez son caractère sacré et son mystère. Vous dites oui à la vie dans toutes ses manifestations - y compris la manifestation où l'insecte est retiré de la peau humaine (de la manière la plus douce qui soit, si possible!). Prétendre que vous acceptez l'insecte, prétendre que vous dites "oui" au fait de vous faire manger vivant alors qu'un "non" est également un mouvement valide de la vie, ne semble ni intelligent ni honnête.

Bien sûr, personne ne peut vous dire si c'est un "oui" ou un "non" qui est approprié pour vous dans l'instant. Ce "oui" ou "non" profond est quelque chose que nous avons tous à trouver en nous-même. Peut–être que certains d'entre nous tolèrent mieux les insectes mortels que les autres. Je ne sais pas. Mais ce n'est pas la question. Car l'acceptation profonde que vous êtes est suffisamment vaste pour un "non" ou un "oui" dans l'instant. Ces deux mouvements sont contenus dans le OUI inconditionnel et toujours présent que vous êtes. C'est le OUI que vous cherchez véritablement - le OUI sans contraires.

Et il ne s'agit pas d'essayer d'être une "personne à l'acceptation profonde", ou quelqu'un qui ne dit jamais "non". Il ne s'agit pas du maintient d'une image spirituelle. Il s'agit de vous souvenir de qui vous êtes au-delà de l'image, au-delà de toutes les images - la vie elle-même. Et il s'agit d'honorer cette vie que vous êtes, que nous sommes tous. Et parfois le fait d'honorer la vie s'exprime par un "non" ferme, aimant et intelligent.

Un "non" exprimé dans la clarté et la vérité, sans haine, sans violence, sans attachement à un quelconque résultat, sans essayer de maintenir une quelconque image de vous-même, est réellement un grand OUI à la vie. Il y a quelques jours j'ai dû bannir quelqu'un de ma page Facebook, quelqu'un qui insultait les autres membres depuis des mois, les traitants de "malades mentaux" etc, et qui avait ignoré tous mes avertissements ou mes offres d'aide. Ceci est un bon exemple d'un "non" provenant d'un OUI plus profond. Cette personne était clairement dans une profonde souffrance psychologique, mais n'était pas ouverte à une aide quelconque, se pensant au-dessus de tout le monde. Le bannir n'était pas un "non" envers lui, ou un "non" à la vie elle-même. Il ne s'agissait pas d'un rejet de lui, ni d'un jugement de lui en tant qu'être vivant, respirant, souffrant. Il s'agissait d'un exemple d'un "oui" à la vie déguisé en un "non" clair envers ce comportement précis dans ce contexte précis à ce moment là. Il n'y avait pas de violence associée, pas d'amertume. C'était l'acceptation profonde se mouvant en tant que préférence - la préférence que les gens sur cette page ne s'insultent pas de manière répétée, même après des avertissements clairs - et le résultat d'insultes continuelles serait la perte de privilèges. Les limites étaient claires, le "non" était clair, et en réalité, le "non" était un "oui" à la vie, un "oui" à cette page facebook et ceux qui l'utilise, un "oui" à cette personne revenant lorsqu'elle serait prête à dire "oui" à tout cela également. Bien sûr, il ne le voit probablement pas comme cela maintenant ! Et je peux comprendre cela également. Tout est à sa juste place, au moment juste.

L'acceptation profonde des choses exactement comme elles sont, est entièrement compatible avec des actions et un discours honnête et intelligent, et le fait d'honorer profondément les préférences lorsqu'elles surgissent. Les préférences ne sont pas forcément des jugements, et ne sont pas "contre" la vie d'une quelconque manière. Le "non" à une circonstance donné est embrassé par l'immensité cosmique du OUI que nous sommes.

Accordons donc une attention bienveillante à cette pauvre vague négligée du "non" lorsqu'elle apparait, tout en reposant toujours dans l'étreinte océanique profonde et sans efforts du OUI.

Publié dans Inspirations

Commenter cet article