L'éveil sur les plans mental, affectif et viscéral selon Adyashanti (1)

Publié le par Laurent Caigneaux

 

L'éveil sur les plans mental, affectif et viscéral (1)

 

 

 

adyashanti

 

 

 

 

A vingt-cinq ans, après l’éveil initial que j’ai décrit, j’aurais pu me dire: « Eh bien, ça y est, il n’y a rien de plus; j’ai perçu la nature absolue de la réalité. » J’aurais pu proclamer au monde entier ce que j’avais découvert. Heureusement, une petite voix intérieure m’a chuchoté: « Tu n’y es pas vraiment. Il y a plus. Continue. »


Cette petite voix fut en quelque sorte mon sauveteur, car, à ce stade du parcours, la personne a tendance à adhérer à cette vision, à la revendiquer, à se l’approprier puis à se fabriquer un « moi éveillé » tout neuf, une « identité illuminée ».


Par bonheur, la petite voix intérieure m’avait averti. Cette voix qui vous intime de poursuivre vient parfois de l’extérieur – des circonstances, du cours des événements. Peu importe, vous devez à tout prix ne pas vous approprier ou revendiquer un éveil initial, ni présumer que vous êtes parvenu à destination.

 

Même si vous avez cette impression, vous devez savoir que l’ancien parcours – ce chemin jusqu’à la vision première, ce parcours où vous n’aviez aucune conscience de qui ou de ce que vous êtes – n’est plus. Un nouveau cheminement s’amorce alors: l’expression de la non-dualité en chaque domaine de votre être. Et cela pourra se poursuivre pendant plusieurs années.

 


La signification de la non-dualité


Ces enseignements traitent de la non-dualité, l’éveil étant synonyme d’état non duel. Je tiens à m’assurer que mes lecteurs comprennent bien cette notion de non-dualité. Cet état résulte de l’éveil; il exprime la réalisation de votre nature essentielle. Je l’ai expliqué déjà, l’état exempt de dualité ne correspond ni à la sainteté ni à la perfection. Rien ne garantit que tôt ou tard, après l’éveil, vous ne vivrez pas encore la division; rien n’assure que cette dernière ne se produira plus jamais. À dire vrai, être libéré, éveillé, c’est ne plus se préoccuper de ce degré d’éveil.

 

Selon la fin d’un magnifique poème de tradition zen, l’illumination signifie « être exempt de toute anxiété au sujet de l’imperfection ». Être non duel, ce n’est pas être parfait. L’état de non-dualité ne correspond pas à nos représentations mentales de la sainteté ou de la perfection. Mon histoire personnelle peut porter à dire : « Oh! ça ne correspond pas à mon idée de ce qu’est un être éveillé ». Ça ne répond pas à l’image d’un être exempt de dualité. » Nul doute que ma vie ne se conforme pas à l’idéal populaire de l’illumination. Car, en vérité, je suis beaucoup plus ordinaire que la plupart ne le conçoivent. Pour moi, un aspect de l’éveil consiste à mourir dans l’ordinaire, dans l’absence d’anxiété.

 

Peu importe les jugements portés sur mon histoire ou sur celle de quelqu’un d’autre, il est impossible de concevoir l’état non duel jusqu’à ce qu’on le vive. Je vous incite à ne pas vous attacher à une représentation mentale de la sainteté ou de la perfection, car ces images ne font qu’entraver la réalité. Vous devez découvrir par vous-même la non-dualité – agir et voir depuis un état de non-séparation, depuis l’unité. Comment est-ce d’apercevoir au-delà de la haine, de l’amour, du bien et du mal? Il faut vivre intimement ces états. Il ne sert à rien d’évaluer l’expérience de non-dualité de l’autre. Tout ce qui importe, c’est où vous en êtes. À tout instant, vivez-vous et agissez-vous depuis la dualité ou depuis l’unité?

 

Comme je l’ai mentionné, l’éveil exerce un effet différent d’une personne à l’autre, en fonction du conditionnement de chacune. Le modèle qui s’est avéré efficace pour travailler avec mes disciples porte sur l’impact de l’éveil sur les trois plans de notre être: le plan mental (celui de l’esprit), le plan émotionnel (celui du cœur) et le plan existentiel (celui de l’instinct). À mesure que l’éveil imprègne l’ensemble de votre être, vous éprouvez divers degrés de non-dualité sur chacun de ces plans. N’oubliez pas que ces trois plans sont allégoriques; ce sont des modalités qui permettent de clarifier votre expérience. Cette approche conceptuelle sera utile tant qu’elle ne se rigidifiera pas.

 

À l’instant même d’un éveil authentique, l’esprit se libère intégralement, sur tous les plans de l’être et simultanément. Du jour au lendemain, nous nous éveillons à une cognition et à un mode de perception complètement différents de tout ce que nous avons connu jusqu’alors. Dans le sillage de l’événement, cette perception intégrale et parachevée ne se stabilisera peut-être pas de manière égale sur tous les plans de notre être. Un peu comme un élastique de benji qui s’étire au maximum, mais qui, en raison de tendances karmiques, revient à une position antérieure. Il ne revient jamais à sa position d’avant l’éveil, mais se resserre jusqu’à un certain point. Le retour à l’état antérieur a donc lieu de façon inégale sur tous les plans de notre être.

 

 

Adyashanti

Extraits de son livre La fin de notre monde – La vraie nature de l’illumination, page 117 à 14 1Editions Ariane 2010

Publié dans Inspirations

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

Commenter cet article