Overblog Suivre ce blog
Administration Créer mon blog

7 articles avec meditation

Sessions de méditation

Publié le par Laurent Caigneaux

Méditation

http://corps-resonance.com/wp-content/uploads/2013/05/naka-ima-XLmod_web.jpg

J'ai la joie de vous proposer des sessions de méditation hebdomadaire de 45 minutes, aux créneaux suivant :
- le mardi à 7 h 30,
- le vendredi à 12 h 30.

 

L'idéogramme japonais ci-dessus est Naka Ima ce qui signifie Ici et maintenant. Au cours de ces sessions je vous propose un temps de recontre avec vous même au centre, au milieu du présent, dans la proposition retrouver le Feu du Vivant et la connexion avec votre source de joie, d'amour, au centre du maintenant.

 

 

Le contenu des ces sessions sera très varié. Je pourrai vous proposer des méditations tel que des approches centrées sur le corps et de pleine présence (introspection sensorielle en pédagogie perceptive), des approches énergétiques, des purifications/recentrage par le principe de kototama, etc...


Le choix s'effectuera en fonction de l'élan de l'instant au moment où nous serons en présence des uns et des autres.

 

 

Pour participer à chaque session, je vous invite à vous inscrire au 06 89 73 23 52 ou à laurent21c@hotmail.com ou de vive voix. 

Participation : 8 €.  

 
Ces sessions ont lieu au 18 rue restif de La Bretonne, à Dijon.


Au plaisir de vous faire vivre un nouveau rapport à vous même et au monde et à vous accompagner dans la rencontre de qui Est au-delà des mots.

Laurent Caigneaux - Thérapeute psycho-corporel.
09 50 43 45 23 - 06 89 73 23 52
18 rue Restif de la Bretonne (sonnerie no 12), 21000 Dijon
http://laurentcaigneaux.over-blog.com/


Publié dans Méditation

Partager cet article

Repost 0

La méditation selon Jeff Foster

Publié le par Laurent Caigneaux

http://www.annecy.net/annecy/photos-annecy-lac-annecy/lac-annecy.jpg

        La vraie méditation n'est pas un "faire", une tâche à accomplir ou un processus menant le chercheur affamé vers un but ou un état futur - il s'agit de fascination pure, enfantine. La fascination envers les pensées, envers les sensations, envers les sentiments, envers les sons, envers la fascination elle-même - envers ce qui est, à cet instant.
       C'est être radicalement ici, et remarquer dans la fascination l'émergence et la dissolution du désir d'arriver "quelque part". Remarquer toutes les ingénieuses tentatives de la pensée pour échapper à ce moment; remarquer que même ces désirs sont radicalement accueillis dans l'espace ouvert et silencieux que vous êtes; et remarquer que même "je suis celui qui remarque" ou "je suis celui qui contrôle" ou même "je suis celui qui médite" sont encore d'autres pensées, qui, comme tout le reste, sont profondément autorisées à surgir en vous, et profondément autorisées à se dissoudre.
C'est la méditation sans méditant, et la lumière qui ne s'éteint jamais.

 

Jeff Foster

Publié dans Méditation

Partager cet article

Repost 0

L'art de la méditation selon Claudette Vidal

Publié le par Laurent Caigneaux

L'ART DE LA MÉDITATION

 

 

http://michka.my.tripper-tips.com/photo/fleur-de-lotus-700-59792.jpg

Si l'art de méditer est un cheminement que, même les plus grands sages apprennent tout au long de leur vie, s'y initier au quotidien transforme déjà notre regard sur nous-mêmes et sur le monde. Des études démontrent que vingt minutes de méditation par jour pratiqué pendant six à huit semaines diminue l'anxiété et la vulnérabilité à la douleur, la tendance à la colère et à la dépression, renforce le système immunitaire et aide à maîtriser son attention.

Qu'est-ce que méditer ?

Méditer c'est observer ce qui se présente à la conscience, sans imposer quoi que ce soit. C'est prendre une position de témoin, c'est-à-dire être simplement présent à ce qui se passe sans émettre aucune intention. Le témoin ne prétend pas être un agent de transformation, il n'a pas de « prétention ». Il est simplement là et il observe ce qui se passe. Il voit, accueille et ressent.          

Une des caractéristiques de la méditation est qu'elle implique de maintenir une distance avec les objets mentaux ou émotionnels qui se présentent à la conscience. Il s'agit d'être simplement conscient des pensées ou émotions qui se présentent sans s'y attacher et sans les combattre. Il s'agit d'être en empathie plutôt qu'en sympathie.   

Durant la méditation on se rend parfois compte d'avoir été emporté par une pensée. Quand nous pensons, nous ne sommes plus conscient de penser, car nous sommes complètement enfermé dans la pensée. Puis, arrive un moment où nous sortons de la pensée. Il est à ce moment-là possible de réagir au fait que nous étions plongé dans une pensée à partir de deux espaces intérieurs : soit à partir d'une identité moralisatrice et menaçante, soit à partir d'une présence bienveillante et tolérante. Se dire « ah bon ! » à la place « je ne suis pas bon » crée un impact différent sur soi et sur la suite de la méditation.

Méditer permet de revenir à Soi pour accueillir soi, c’est-à-dire son corps physique, ses émotions, ses pensées, ses perceptions, etc.

Il n’y a pas de but à poursuivre lorsque nous méditons. Il n’y a rien à acquérir ou à dépasser. Il s’agit de simplement Être.

 

Source, site de Claudette Vidal : link

Publié dans Méditation

Partager cet article

Repost 0

De la souffrance à l’espace de paix du silence

Publié le par Laurent Caigneaux

 

De la souffrance à l’espace de paix du silence

 

Les 16 et 17 juin  

 

 

 

La souffrance apparaît, se manifeste lorsqu’il y a un écart, une distance entre la réalité telle qu’elle est et telle que nous la désirons. Son intensité est en lien avec le degré de résistance à l’instant présent.

 

Celle-ci est entretenue par la boucle pensée/émotion et cesse lorsque nous acceptons ce que nous vivons. Lorsque la souffrance cesse, nous entrons, nous sommes absorbés dans l’espace du silence, nous devenons cet espace silencieux.

 

Au cours de ce séminaire, je vous propose de vivre divers exercices et méditations contribuant à reconnaître, à plonger à travers, au-delà de votre émotion et accueillir l’espace infini du silence et vous accueillir tel que vous Etes dans l’instant.

 

Programme :

 

Le mécanisme de la souffrance.

Les jeux relationnels/psychologiques pour l’obtention de l’énergie des autres et le pouvoir, fonctionnement de l’Homme coupé sa Source.

Pratiques de kototama (sons énergétiques et méditatif) permettant de faciliter la reconnaissance de l’espace du silence intérieur.

Méthode de retour à soi dans l’espace du silence lors d’une identification aux émotions ou d’une difficulté à les vivre.

Méditations, temps de vivances dans le silence.

Questions/réponses, partages d’expériences.

 

Horaires : 9 h 30 – 13 h et 14 h 30 - 18 h.

 

Lieu du stage : Les Ateliers Améthystes, 2 rue des argentières 21000 Dijon.

Prix du stage : 160 €.

 

L’inscription est validée après réception du bulletin accompagné d’un versement de 50 €. En cas d’annulation de votre part par courrier moins de 14 jours avant le début du stage, cette somme sera retenue.

 

Thérapeute, je pratique la méditation, le magnétisme, le reiki, le kototama, le jin shin jyutsu et la spagythérapie. Ce stage est le fruit de mon cheminement auprès de divers enseignants et de mes expériences de vie.

 

Pour tout renseignement complémentaire, vous pouvez me contacter au : 06 89 73 23 52 ou 03 80 63 82 72 ou à laurent21c@hotmail.com .

Visitez mon blog : http://laurentcaigneaux.over-blog.com/ .

 

 

Bulletin d’inscription :

 

De la souffrance à l’espace de paix du silence : 16 et 17 juin

 

A retourner à Caigneaux Laurent, 5 B rue Maurice Ravel 21000 Dijon.

 

Nom :............................................................Prénom :.................................................

Adresse :..........................................................Code postal :................................

Ville :.............................................................Téléphone :.........................................

Email :.................................................................

 

Je verse la somme de 50 € pour confirmer mon inscription, par chèque libellé à l’ordre de : Laurent Caigneaux. Le solde sera versé en début de stage. Pour d’autres modalités de paiement, n’hésitez pas à me contacter.

 

 

Signature :

 

Publié dans Méditation

Partager cet article

Repost 0

Conseils aux méditants par Saint Jean de la Croix

Publié le par Laurent Caigneaux

  Texte issu du site de Patrice Gros, reiki do : link

Conseils aux méditants par Saint Jean de la Croix

 

 

 

Que l'homme spirituel apprenne à se tenir en amoureuse attention à Dieu et dans le repos de l'entendement, lorsqu'il ne peut méditer et bien qu'il lui semble ne rien faire. Qu'il persévère, et il verra que peu à peu et très promptement la paix et la quiétude divine lui seront versées dans l'âme, avec d'admirables et sublimes notions de Dieu, tout imprégnées d'amour.

 

 

Qu'il ne se mette donc nullement en peine de formes, d'imagination, de méditations ou de quelque discours que ce soit, autrement il troublera la paix de son âme...

 

 

S'il lui vient quelque scrupule à la pensée qu'il ne fait rien, qu'il sache bien que ce n'est pas faire peu de choses que de pacifier son âme et de la mettre au repos

en l'affranchissant de tout effort et de tout désir...

 

 

Il est évident qu'une fois bien purifiée et vide de toutes les formes et de toutes les images perceptibles, l'âme se trouve dans la pure et simple lumière divine et se transforme en elle, selon l'état de perfection. En effet cette divine lumière est toujours présente dans l'âme, mais à cause des formes et des voiles des créatures dont l'âme est enveloppée, elle ne s'infuse pas dans l'âme.

 

On y traite de la manière dont l’âme pourra se disposer pour arriver promptement à son union avec Dieu. On y donne des avis et des enseignements très utiles à ceux qui commencent aussi bien qu’à ceux qui ont déjà réalisé beaucoup de progrès, afin qu'ils sachent se débarrasser de tout ce qui n’est pas spirituel, ne point s’embarrasser de ce qui est spirituel et demeurer dans cette profonde nudité et liberté d’esprit que requiert l’union divine.

 

La montée au carmel - St Jean de la Croix

Publié dans Méditation

Partager cet article

Repost 0

La méditation selon Krishnamurti

Publié le par laurentcaigneaux.over-blog.com

La méditation

(J.Krishnamurti, Se libérer du connu)

 

Chacun de nous veut vivre certaines catégories d'expériences, qu'elles soient mystiques, religieuses, sexuelles, ou celles de posséder beaucoup d'argent, d'exercer le pouvoir, d'avoir une situation, de dominer. En vieillissant, nous pouvons ne plus avoir d'appétits physiques, mais nous avons le désir de vivre des expériences plus vastes, plus profondes, de plus grande portée, et nous cherchons à les obtenir par toutes sortes de moyens tels que l'élargissement de notre conscience par exemple —qui est tout un art— ou l'intensification des sensations par des drogues.

 

Cet usage des drogues est un artifice qui existe depuis des temps immémoriaux. On mâche un morceau de feuille ou on absorbe le produit chimique le plus récent, pour obtenir, au moyen d'une altération temporaire de la structure des cellules cérébrales, une plus grande sensibilité, des perceptions plus élevées, qui ont un semblant de réalité. Ce besoin de plus en plus répandu d'expériences de ce genre révèle la pauvreté intérieure de l'homme. Nous nous imaginons qu'elles nous permettent d'échapper à nous-mêmes, mais elles sont conditionnées par ce que nous sommes. Si nous avons un esprit mesquin, jaloux, inquiet, nous pouvons prendre la drogue la plus récemment inventée, nous ne verrons que nos propres créations à notre mesure, nos projections émanant de notre arrière-plan conditionné.

 

La plupart d'entre nous aspirent à des expériences durables, que la pensée ne peut détruire, susceptibles de nous satisfaire pleinement. Ainsi, sous-jacent à cette aspiration, est un désir de satisfaction qui détermine la nature de l'expérience. Il nous faut donc comprendre à la fois ce désir et les sensations que l'expérience procure.

 

C'est un grand plaisir que d'éprouver une grande satisfaction. Plus une expérience est durable, profonde, vaste, plus elle est agréable. C'est ce plaisir qui dicte la nature de l'expérience à laquelle nous aspirons, et qui nous donne sa mesure. Or tout ce qui est mesurable est dans les limites de la pensée et susceptible de créer des illusions. On peut vivre des expériences merveilleuses et être dupé. Les visions qu'une personne peut avoir sont déterminées par son conditionnement. Vous pouvez voir le Christ ou le Bouddha ou tout autre personnage objet de votre culte, et plus vous serez croyant, plus intenses seront vos visions: ces projections de vos désirs.

 

Si, à la recherche d'une notion fondamentale telle que celle de la vérité, nous voyons Que sa mesure pour nous —est notre plaisir, nous projetons déjà l'idée de ce que serait cette expérience, et elle ne serait plus valable.

Qu'entendons-nous par vivre une expérience? Existe-t-il rien de neuf, d'originel, dans ce que l'on éprouvé au cours d'un tel événement? Il n'est que la réaction d'un paquet de mémoires, en réponse à une provocation. Ces mémoires ne peuvent répondre que selon leur arrière-plan, et plus on est habile à. interpréter l'expérience, plus cette réponse se développe. Vous devez donc non seulement mettre en question les expériences des autres, mais aussi les vôtres.

 

Si vous ne reconnaissez pas une expérience, c'est que ce n'en est pas une. Chaque expérience a déjà été vécue, sans quoi vous ne la reconnaîtriez pas. Vous la reconnaissez comme étant bonne, mauvaise, belle, sainte, etc., selon votre conditionnement, donc sa récognition doit inévitablement être vieille.

Nous voulons vivre l'expérience du réel —c'est ce que nous voulons tous, n'est-ce pas?— mais vivre le réel c'est le connaître et dès que nous le reconnaissons, nous l'avons déjà projeté et il n'est plus réel parce qu'il est dans le champ de la pensée et du temps. Ce que l'on peut penser au sujet de la réalité n'est pas le réel. Nous ne pouvons pas reconnaître une expérience neuve: c'est impossible. On ne reconnaît que ce que l'on connaît déjà, donc lorsque nous déclarons avoir eu une expérience nouvelle, elle n'est pas du tout neuve. Chercher des expériences nouvelles au moyen d'une expansion de la conscience, ainsi qu'on le fait avec des drogues psychédéliques, c'est encore demeurer dans le champ limité de la conscience.

 

Nous découvrons maintenant une vérité fondamentale, qui est qu'un esprit à la recherche des expériences vastes et profondes auxquelles il aspire est très creux et obtus, car il ne vit qu'avec des souvenirs.

Si nous n'avions pas d'expériences, que nous arriverait-il? Nous avons besoin de leurs provocations pour nous tenir éveillés. S'il n'y avait en nous ni conflits, ni perturbations, ni changements, nous serions tous profondément endormis. Donc ces rappels sont nécessaires pour presque tout le monde. Nous pensons que sans eux nos esprits deviendraient stupides et lourds, par conséquent nous avons besoin de provocations et d'expériences pour nous faire vivre plus intensément et pour aiguiser nos esprits. Mais en vérité, cet état de dépendance ne fait qu'émousser nos esprits. Il ne nous tient pas du tout éveillés.

 

Je me demande donc s'il me serait possible d'être éveillé totalement, non en quelques points périphériques de mon être, mais totalement éveillé, sans provocations ou expériences. Cela exigerait une grande sensibilité, à la fois physique et psychologique. Cela voudrait dire qu'il me faudrait être affranchi de toute aspiration, car je provoquerais l'expérience dès l'instant que je l'appellerais. Pour être débarrassé de mes exigences intérieures, de mes désirs et de mes satisfactions, il me faudrait reprendre une investigation en moi-même et comprendre toute la nature de mon désir. Toute demande intérieure provient d'une dualité: «Je suis malheureux, je voudrais être heureux.» En cette aspiration: «Je veux être heureux» est un état malheureux, de même que lorsqu'on fait un effort vers le bien, en cette vertu est le mal. Toute affirmation contient son opposé, et tout effort renforce ce que l'on veut surmonter. Lorsque vous désirez l'expérience du vrai ou du réel, cette demande émane de votre manque de satisfaction au sujet de ce qui «est», et crée, par conséquent, son contraire. Et dans ce contraire se trouve ce qui a été. Nous devons nous libérer de ces incessantes demandes, autrement il n'y aurait pas de fin au couloir de la dualité. Cela veut dire se connaître soi-même si complètement que l'on ne cherche plus.

 

On a, en cet état, un esprit qui n'appelle pas l'expérience; qui ne veut pas être provoqué; qui ne connaît pas la provocation; qui ne dit ni «je dois», ni «je suis éveillé»; qui est complètement ce qu'il «est». Ce ne sont que des esprits frustrés, étroits, creux, conditionnés, qui recherchent le «plus ». Peut-on vivre en ce monde sans le «plus», sans ces sempiternelles comparaisons? Assurément, c'est possible. Mais on doit l'apprendre par soi-même. Mener une enquête dans toute cette sphère, c'est méditer. Ce mot a été employé, en Orient et en Occident, d'une façon malheureuse. Il existe différentes écoles et différents systèmes de méditation. Certaines écoles disent: «Observez le mouvement de votre gros orteil, observez-le, observez-le, observez-le», d'autres recommandent que l'on s'assoie dans certaines postures, que l'on respire régulièrement, ou que l'on s'exerce à être lucide. Tout cela est purement mécanique. Une autre méthode consiste à vous donner un certain mot et à vous dire que si vous le répétez très longtemps, vous aurez une expérience transcendantale extraordinaire. C'est une absurdité. C'est de l'auto-hypnotisme. Il est certain qu'en répétant indéfiniment Amen, Om, ou Coca-Cola, vous aurez une certaine expérience, parce qu’au moyen de répétitions on se calme l'esprit. C'est un phénomène bien connu en Inde depuis des milliers d'années, que l'on appelle Mantra-Yoga. Avec des répétitions vous pouvez inciter votre esprit à être aimable et doux, mais il n'en sera pas moins un petit esprit mesquin, misérable. Vous pourriez aussi bien placer sur votre cheminée un morceau de bois ramassé dans le jardin et lui présenter tous les jours une fleur en offrande. Au bout d'un mois vous seriez en train de l'adorer, et ne pas lui offrir une fleur serait un péché.

 

La méditation ne consiste pas à suivre un système; ce n'est pas une constante répétition ou imitation; ce n'est pas une concentration. Une des méthodes favorites de certaines personnes qui enseignent la méditation est d'insister auprès de leurs élèves sur la nécessité de se concentrer, c'est-à-dire de fixer leur esprit sur une pensée et d'expulser toutes les autres. C'est la chose la plus stupide, la plus nocive que puisse faire n'importe quel écolier, lorsqu'on l'y oblige. Cela veut dire que pendant tout ce temps on est le lieu d'un combat entre la volonté insistante de se concentrer et l'esprit qui vagabonde, tandis qu'il faudrait être attentif à tous les mouvements de la pensée, partout où elle va. Lorsque votre esprit erre à l'aventure, c'est que vous êtes intéressé par autre chose que ce que vous faites.

La méditation exige un esprit étonnamment agile; c'est une compréhension de la totalité de la vie, où toute fragmentation a cessé, et non une volonté dirigeant la pensée. Lorsque celle-ci est dirigée, elle provoque un conflit dans l’esprit mais lorsqu'on comprend sa structure et son origine —que nous avons déjà examinées— elle cesse d'intervenir. Cette compréhension de la structure de la pensée est sa propre discipline, qui est méditation.

 

La méditation consiste à être conscient de chaque pensée, de chaque sentiment; à ne jamais les juger en bien ou en mal, mais à les observer et à se mouvoir avec eux. En cet état d'observation, on commence à comprendre tout le mouvement du penser et du sentir. De cette lucidité naît le silence.

Un silence composé par la pensée est stagnation, une chose morte, mais le silence qui vient lorsque la pensée a compris sa propre origine, sa propre nature et qu'aucune pensée n'est jamais libre mais toujours vieille, ce silence est une méditation où celui qui médite est totalement absent, du fait que l'esprit s'est vidé du passé.

Si vous avez lu ce livre attentivement pendant une heure, c'est cela, la méditation. Si vous n'avez fait qu'en extraire quelques mots et que rassembler quelques idées afin d'y penser plus tard, ce n'est pas de la méditation.

La méditation est un état d'esprit qui considère avec une attention complète chaque chose en sa totalité, non en quelques-unes seulement de ses parties. Et personne ne peut vous apprendre à être attentif. Si un quelconque système vous enseigne la façon d'être attentifs, c'est au système que vous êtes attentif, et ce n'est pas cela, l'attention.

La méditation est un des arts majeurs dans la vie, peut-être «l'art suprême», et on ne peut l'apprendre de personne: c'est sa beauté. Il n'a pas de technique, donc pas d’autorité. Lorsque vous apprenez à vous connaître, observez-vous, observez la façon dont vous marchez, dont vous mangez, ce que vous dites, les commérages, la haine, la jalousie —être conscients de tout cela en vous, sans option, fait partie de la méditation.

Ainsi la méditation peut avoir lieu alors que vous êtes assis dans un autobus, ou pendant que vous marchez dans un bois plein de lumière et d'ombres, ou lorsque vous écoutez le chant des oiseaux, ou lorsque vous regardez le visage de votre femme ou de votre enfant.

 

Comprendre ce qu'est la méditation implique l'amour: l'amour qui n'est pas le produit de systèmes, d'habitudes, d'une méthode. L'amour ne peut pas être cultivé par la pensée; mais il peut —peut-être— naître dans un silence complet en lequel celui qui médite est entièrement absent. Un esprit ne peut être silencieux que lorsqu'il comprend son propre mouvement en tant que penser et sentir, et, pour le comprendre, il ne doit rien condamner au cours de son observation.

Observer de cette façon est une discipline fluide, libre, qui n'est pas celle du conformisme.

Publié dans Méditation

Partager cet article

Repost 0

La méditation selon Adyashanti

Publié le par laurentcaigneaux.over-blog.com

Texte issu du blog de Patrice Gros,Eveil impersonnel : link
La véritable méditation n'a ni direction, ni but, ni méthode. Toute méthode vise à atteindre un certain état d'esprit. Tout état est limité, transitoire et conditionné. La fascination pour les états mène à l'asservissement et à la dépendance. La véritable méditation est de rester présent en tant que conscience primordiale.

La véritable méditation apparaît spontanément dans la conscience quand l'esprit n'est pas fixé sur des objets de perception. Quand vous commencez à méditer, vous remarquez que l'esprit est toujours dirigé vers un objet quelconque, qu’il s’agisse de pensées, de sensations corporelles, d’émotions, de souvenirs, de sons, etc. Il en est ainsi car l'esprit est habitué à se concentrer sur les objets et à se contracter. Alors, l'esprit interprète machinalement ce dont il est conscient (les objets) de façon compulsive et déformée. Il se met à tirer des conclusions et à faire des suppositions basées sur des conditionnements passés.

Dans la véritable méditation, tout objet est laissé à sa fonction naturelle. Cela veut dire qu'aucun effort ne doit être fait pour manipuler et supprimer un quelconque objet dont on est conscient. Dans la véritable méditation, l’accent est mis sur le fait d'être conscience ; non pas d'être conscient d'objets, mais de rester présent en tant que conscience primordiale elle-même.




Publié dans Méditation

Partager cet article

Repost 0